17, Rue de la Paix 75002 Paris
du lundi au vendredi de 8h30 à 20h

Regularisation des travailleurs clandestins: la France sur les traces de l’Amérique?

On se rappelle de la proposition de régularisation temporaire de travailleurs clandestins (pour la plupart latinos) décidée par GW Bush aux Etats-Unis en 2004 à la veille des élections présidentielles. Avec environ 12 millions de clandestins aux USA dont près de 40% sont d’origine d’Amérique latine, l’annonce avait eu pour but de renforcer le vote latino au bénéfice du parti républicain. En mai 2007, la question avait cependant dépassé les clivages politiques puisque des sénateurs républicains et démocrates sont parvenus à un accord sur un plan qui prévoyait pour les immigrés en situation irrégulière une voie menant à l’obtention de la nationalité américaine. La France serait apparemment prête à franchir le pas et à suivre la même procédure ouvrant ainsi les yeux sur la réalité du travail clandestin en France. Selon le journal Le Monde en date du 19 octobre 2007, le nouveau texte de loi sur l’immigration, celui sur l’ADN et les hébergements d’urgence, prévoit de faciliter la régularisation des travailleurs clandestins dans la mesure et à la condition qu’il trouve un travail dans un métier et une zone géographique caractérisés par des difficultés de recrutement. Pas de régularisation massive en perspective, il convient de rester prudent. Mais c’est clairement l’intention affichée du gouvernement de favoriser la régularisation des étrangers clandestins par le travail et non plus seulement par la famille ou pour des causes humanitaires. A titre également comparatif, il convient de rappeler qu’en 2003 et 2006 le gouvernement italien avait procédé à la régularisation de plus de 1 million de clandestins pour ceux pouvant prouver qu’ils disposent d’une promesse d’embauche. L’Espagne et l’Allemagne ont pour leur part suivi le même processus en 2005 et 2006. Le ministre Hortefeux qui soutient cette réforme déclare publiquement que ces régularisations sont bonnes et nécessaires car elles concernent dans la grande majorité des cas des emplois que les français ne veulent pas assumer. Le texte devrait être adopté par le Parlement le 23 octobre prochain. http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/immigration_integration_asile.asp
Articles similaires
Laisser un commentaire

Your email address will not be published.Required fields are marked *